Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    BLOG
    UTILISATEURS
    (2.15 pour 12 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    Royaume-Uni,France,...
    DUREE:
    1h 53min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Tropical malady
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Syndromes and a Century
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Cemetery of Splendour
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Blissfully Yours
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Enter the Void
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film ดอกฟ้าในมือมาร
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    Les apparitions magiques de sa femme défunte
    et de son fils disparu depuis des années confirment à Oncle Boonmee que
    sa fin est proche. Dans son domaine apicole, entouré des siens, il se
    souvient alors de ses vies antérieures. Accompagné de sa famille, il
    traverse la jungle jusqu'à une grotte au sommet d'une colline, lieu de
    naissance de sa première vie. De cette première vie, Oncle Boonmee
    ne se souvient de rien, s'il était animal ou végétal, homme ou femme ;
    mais il sait à présent qu'il est prêt à aborder la mort avec apaisement.

    Palme d'Or Cannes 2010

    Photos du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    Ajouter une photo du film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    Listes avec le film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures

    Ajouter une liste au film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    L'historique complet des films ayant reçu la récompense suprême du plus grand festival international de Cinéma !
    Dans les salles, ce mercredi: L'Arbre de Julie Bertucelli, l'histoire d'une famille marquée par la mort prématurée du père. C'est l'occasion pour nous de révisiter le thème du deuil...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Oncle Boonmee celui qui se souvient de ses vies antérieures
    cristal
    Le 02/09/2010
    211 critiques
    De ce millénaire mouvementé où le cinéma est devenu zone d'action, l'art d'Apichatpong Weerasethakul prend des airs et des formes primitives, retournant aux sources même de la matière filmique. Cinéaste spirituel, attaché à des valeurs et des croyances locales, fasciné par la réincarnation et les contes métaphysiques sur la transformation animale, Weerasethakul contient en lui l'âme d'un esthète, héritier d'une culture et d'un regard mystique sur le sens des êtres humains. Son dernier film ne ment pas : on est pleinement dans l'univers décalé d'un poète obscur, dont l'inspiration seulement onirique côtoie sa propre limite, c'est-à-dire la vacuité des choses. Jamais son cinéma ne pourra être rattaché à des balises de temps, de lieux ou d'images. Tout est si vaporeux, noyé dans un splendide brouillard où se perdent les sens et les perceptions, que rien d'autre ne peut apparaître que de fascinantes séquences caractérisées par l'absence du réel pour parler d'une réalité : la mort. "Oncle Boonmee" se révèle être une multitude de contes qui forment les derniers instants d'un homme. Ces derniers instants sont d'insurmontables plages de dialogues où l'agonie se confond avec l'extension temporelle, donnant l'impression que les plans fixes sont des moments désagréables qui viendront clôre on ne sait quand le corps meurtri d'Oncle Boonmee. Et au contraire, à l'intérieur de cette agonie, des visions sublimes, des rappels dérangeants, des sensations de vies antérieures ; une princesse qui trouve l'éternelle jeunesse en la personne d'un poisson-chat (séquence inoubliable), un troupeau de singes humains aux yeux rouges, les déambulations d'un buffle égaré dans la forêt, et l'aboutissement du récit dans la grotte originelle (comme un utérus qui reprend la vie dans des halos de lumière et de diamants). Weerasethakul a, dans la mise en espace de ces récits décousus, la force qu'ont certains cinéastes de faire de chaque plan une image unique qui lui appartient définitivement. Il suffit d'un feuillage qui bouge secrètement pour reconnaître la présence du cinéaste : la magie du cinéma est là, celle qui, sans raison, fait paraître à l'image le vécu de celui qui filme et dirige. "Oncle Boonmee" est indéniablement un film très profond sur les questionnements que se posent l'homme, la relation qu'il a avec l'animal, le passé et le futur, ses capacités mentales à reconstruire des visions familières. Il y a dans ses cadres une magie sourde et oppressante, quelquechose de lumineux et de profondément ténébreux en même temps. C'est la beauté pure de la Nature, la force originelle des choses, une matière plutôt inexplicable mais qui pourtant perdure. Weerasethakul a aussi la force de raconter les choses à l'envers, sans dessus dessous, tout en donnant l'impression qu'il sait parfaitement où se diriger. Son film semble aléatoire mais son résultat est mûri, pensé. Quelques inventions géniales viennent ponctuer ce récit (ou comment trouver dans la manière même de faire du cinéma une innovation magique), comme cette série de photos qui, soudainement, continuent de raconter l'histoire sans mouvement. "Oncle Boonmee" représente tout et rien à la fois, il est fascinant et ennuyeux, torturé et creux, sensé et insensé. Il n'y en a que pour la magie, l'au-delà ; c'est un film sur les esprits, sur ce qui n'existe pas mais qui rage au fond de nous, ces choses qui nous font peur et nous émerveille dans le même temps, qui animent un désir et une crainte, car c'est un film sur le temps et son absence, la dissolution des repères et de tout confort humain. Sur l'entre-deux qui conduit la vie vers la mort, vers l'inconnu. La forêt en devient effrayante tout en restant extraordinaire de pureté. Alors finalement, que signifient ces quinze dernières minutes? Weerasethakul conte-t-il devenir le critiqueur acerbe d'un monde urbain vulgaire et aseptisé? L'arrivée des portables et des télévisions viennent créer un contraste certes étonnant mais plutôt insignifiant tant il ne répond en rien au langage mystérieux de ce qui a précédé. La conclusion gâche, comme un chapitre en trop, les capacités extraterrestres du film. La vie devient laide, inintéressante, et pourtant son cinéaste essaye d'y faire rejouer ce même mystère qui a ébloui d'ombres et de clartés tout le récit. On perd le film, devinant un propos là où il n'y en avait pas. Dans la forêt sans nom, le doux mouvement des feuilles lègue sa pureté diamantesque à la banalité affligeante du monde moderne. Du hors-temps le film passe au minutage des plans. De ses présences fascinantes et sonores il ouvre la voie vers le bruit du commun. "Oncle Boonmee", perdu dans le fond des âges et des civilisations, tente de remonter vers nous, alors que tout en bas son existence jaillissait du silence et de la lumière.

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
    cine-fils
    Le 18/09/2010
    13 critiques
    Oncle Boonmee est un film ambitieux,une vraie réussite conceptuelle et en même temps,un film difficile à voir en raison de ses défauts techniques-choisis ?- qui à tout moment risquent de faire décrocher les spectateurs du fil d'une narration chaotique.
    On peut reprocher à Apichatpong des images flous,des plans trop éloignés des personnages,des acteurs sans charisme,des moments de vacuité totale et la création de créatures fantastiques totalement ratées.
    Mais la grande force du film c'est d'inventer un type de plan particulier.Un plan sans profondeur,un aplat qui rend compte de la densité de la jungle sans profondeur de champ.L'horizon est toujours bouché dans tous les plans de jungle.Et cet écran vert qui arrête le regard,c'est l'écran du cinéma qui renvoie la lumière du projecteur,une surface comme la surface de l'eau à la fois miroir et lieu de transformation magique dans l'épisode de la princesse et du poisson-chat.Cette princesse à la peau flétrie qui retrouve sa jeunesse dans son reflet sur l'eau.
    Le film prend en charge les images mentales d'Oncle Boonmee pris dans des rêveries liées aux montées de l'urémie et à l'agonie.Les scènes de dialyse font écho à ce thème de l'eau qui parcourt tout le film.Un film fait de variations,de rimes poétiques sur la contigüité entre réel et imaginaire.
    Et la dernière scène malgré l'absence de Boonmee prolonge la magie des écrans,celui de la télévision comme celui du cinéma,faisant de l'expérience du cinéma,une expérience qui renvoie aux mystères de la vie elle-même tout en gardant un fort ancrage dans la réalité.

    Site web:  http://blogs.allocine.fr/blogs/posts-preview.blog?pid=282269
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites