À moi seule

    |  1 |
    J'aime:
    Affiche du film À moi seule
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    À moi seule

    UTILISATEURS
    (3.35 pour 9 notes)
    + Fiche complète

    À moi seule : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Beau rivage
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Paradis des bêtes (Le)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Après le sud
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Rives
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Arbre (L&#039;)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Pour un fils
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film À moi seule

    Gaëlle est soudain libérée par Vincent, son ravisseur, après huit années d'enfermement, où chacun a été "tout" pour l'autre. Cette liberté gagnée jour après jour contre Vincent, Gaëlle doit à nouveau se l'approprier dehors, face à ses parents et au monde qu'elle découvre...

    Photos du film À moi seule

    Ajouter une photo du film À moi seule

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de À moi seule
    4195 Vues

    Listes avec le film À moi seule

    Ajouter une liste au film À moi seule
    Puisque le kidnapping doit être une expérience assez terrifiante, il vaut mieux la "vivre" de votre canapé. Pour vous garantir des frissons, cinetrafic vous propose une liste de films sur le...
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...
    La vie ne ressemble pas toujours à ce à quoi nous nous attendions. Il peut arriver un moment où cette monotonie nous pousse à réagir, à prendre des décisions pour faire de notre vie, une belle vie, pleine...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film À moi seule
    filou49
    Le 01/05/2012
    148 critiques
    Le cinéaste s'inspire d'un fait divers autrichien qui a défrayé la chronique, la sinistre affaire Natascha Kampusch, et récemment au moins deux autres artistes Markus Schleinzer et son film Michael, et Régis Jauffret et son dernier roman Clasutria sont partis également d'un même postulait de départ, une de séquestration pendant de très longues années, dans une cave d'une jeune personne par un déséquilibréprofond .

    Dans A moi seule, Videau s'éloigne assez rapidement de ce fait divers, et ne situe jamais son film sous le joug de la classique reconstitution. Certes, Gaëlle a été enlevée à l'âge de 8 ans par Vincent, on le comprend dès les premières images quand Gaëlle, devenue une jeune fille, est libérée par Vincent. Mais, en commençant par le dénouement et en déconstruisant la chronologie (le film mélange totalement et très habilement le passé de la détention au présent de la reconstruction), le cinéasteA_moi_seule cherche avant tout à nous rendre compte de l'ambivalence de sa jeune héroïne en proie à un syndrome de Stockholm qui ne dit jamais son nom.

    Ce n'est pas le fait divers en lui même qui interesse le cinéaste,mais bien plus la réadptation de Gaelle au monde extérieur aprés ses 8 années de captivité, et à l'étrange relation qui a pu se nouer entre le ravisseur et sa victime.

    De ce fait, le film s'avère réellement fascinant de bout en bout. Voilà en effet un de ces rares films qui nous pousse dans nos retranchements moraux et qui arrive à mettre à mal nos propres certitudes. En douceur, mais avec beaucoup de fermeté, Frédéric Videau bouleverse les codes, tord le cou aux clichés sur la question de la paternité, de la parentalité, de la filiation.

    En effet, la question centrale du film est de savoir comment une petite fille grandit avec ce qui constitue sa seule famille, à savoir un déséquilibré incapable de nouer de vraies relations affectives, qui, en même temps, veut lui assurer le confort matériel dans la mesure de ses moyens (achete les cd et livres qu'elle aime, nourriture de son choix)

    3d1b2060-7dad-11e1-8ff4-0997dd048f6d-493x328Ainsi Vincent va annoncer d'emblée à Gaëlle : "je ne te ferai jamais de mal, je ne te frapperai pas, je ne te violerai pas"... C'est clair et, étrangement, nous prenons le parti de "faire confiance" à Vincent, malgré son évidente inhumanité. Cette confiance accordée d'emblée nous questionne forcément quant à notre propre attitude. Derrière l'inacceptable de son geste, on ressent une extrême solitude et une humanité qui ébranle indubitablement nos convictions.

    Et en plus de ce trouble liée à l'ambiguité de cette relation, le film pose également une autre question essentielle : comment retrouver un cercle familial lointain, comme si de rien n'était? En effet, on va s'apercevoir qu' à une prison succède une autre prison, moins apparente, mais tout aussi aliénante. Pendant son enfermement physique, si Gaëlle gagne sa liberté jour après jour contre Vincent, cela ne fait pas d'elle une jeune fille libre quand elle se retrouve à l'extérieur. Le film nous montre d'éclatante façon à quel point la frontière entre réclusion et liberté peut parfois être poreuse.

    Et le film ne serait pas aussi réussi sans l'éblouissante prestation des deux comédiens principaux; je ne connaissais pas du tout la jeune Agathe Bonitzer, elle impose ici une présence magnétique, qui fait parfois penser à Charlotte Gainsbourg. Quant à Reda Kateb, qui lui partage avec Joey Starr dans la même animalité bienvaillante, il éblouit encore plus que dans le Prophète qui l'avait fait découvrir au plus grand nombre.

    A moi seule est donc un film pas forcément facile d'accès, de par le sujet, et son traitement, mais, pour qui veut bien tenter l'expérience, se révèle être une aventure assez magnifique.

    Site web:  http://www.baz-art.org/archives/2012/05/01/24060691.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites