La Tortue rouge

    |  1 |
    J'aime:
    - Film d'animation philosophique et récit d'aventure prenant, La Tortue rouge, à travers l'histoire d'un naufragé perdu au milieu de l'océan, nous raconte toutes les étapes de la vie d'un homme.
    Affiche du film La Tortue rouge
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    La Tortue rouge

    UTILISATEURS
    (3.9 pour 15 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    France,Japon
    DUREE:
    1h 20min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    La Tortue rouge : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Le Conte de la princesse Kaguya
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Robinson Crusoe
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Noël de Walter et Tandoori
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Khumba
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Tarzan
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Tante Hilda !
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film La Tortue rouge

    A travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue Rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain.

    Photos du film La Tortue rouge

    Ajouter une photo du film La Tortue rouge

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de La Tortue rouge

    Listes avec le film La Tortue rouge

    Ajouter une liste au film La Tortue rouge

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film La Tortue rouge
    Nio_Lynes
    Le 04/07/2016
    271 critiques
    Michael Dudok de Wit est un artisan consciencieux.
    Et pour qui a déjà vu ses magnifiques courts-métrages Le moine et le poisson (1994) et surtout le bouleversant Père et fille (2000), l'attente vaut amplement le coup. C'est que De Wit prend son temps : Pour soigner l'histoire, y faire émerger l'émotion sur de petits riens de la vie, pour mettre en scène presque tout seul ce qu'il porte en son coeur. Ce fut payant puisque Isao Takahata, voyant le second court, n'hésite pas à lui proposer, sous l'accord de Toshio Suzuki, de réaliser directement un long-métrage produit par le studio Ghibli. Pourtant, en nous racontant son anecdote lors de l'avant-première du film hier soir à l'UGC des Halles, difficile d'imaginer que celà prendra alors plus d'une décennie. Ayant carte blanche de Takahata tant sur l'histoire que le graphisme et la mise en scène, de Wit, aidé par la talentueuse et sensible Pascale Ferran va alors commencer à mettre en chantier La tortue rouge. Le film est finalement devenu une coproduction Franco-japonaise avec Ghibli d'un côté, Wild bunch et arte de l'autre. Mais De Wit conserve une totale liberté.


    Et ça se sent à l'écran, ça se vit. Le graphisme, fluide, s'inspire d'une esthétique à la Hergé et Bob de Moor, donc très ligne clair, mais avec un souci du détail qui perce derrière l'apparente simplicité du trait. Ce sont ses décors, de forêt de bambou d'où perce la lumière du couchant, ces nuages délavés qu'on jurerait parfois issu des aquarelles de Turner, ces rochers dont on sent l'aspect complètement minéral. Et si l'on ne peut s'empêcher de penser à la série d'animation mythique tirée de Tintin dans les années 90, celà se limite uniquement aux visages, les vêtements, éléments de la nature et mouvements ayant presque leur vie propre.


    Dans les faits, le réalisateur prend le pari d'illustrer une histoire simple, celle d'une vie, pleine et riche avec ses hauts et ses bas. Derrière les métaphores poétiques apparentes, la solitude du personnage perce allègrement, ses propres problèmes de survie, mais sans jamais que le trait ne soit forcé lourdement. Il n'y a aucune parole échangée du long, juste quelques onomatopées qui traduisent parfaitement les différents états d'esprit de notre Robinson Crusoé avant, pendant et après sa rencontre avec la fameuse tortue rouge. C'est de l'épure à l'extrême, lent, presque contemplatif et très proche dans le fond du superbe L'île nue de Kaneto Shindo. Inutile donc de dire qu'on pourra adhérer au voyage ou en être lassé devant le peu d'action sur un film qui choisit de mettre en valeur des choses simples. Et pourtant si on accroche à l'oeuvre, quel voyage ! Coup de coeur.

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2016/06/28/34022828.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites
    Debug toolbar