Ava

    |  1 |
    J'aime:
    - Laure Calamy (Dix pour cent) entoure deux jeunes acteurs annoncés comme formidables dans Ava, film qui fut l'un des succès critiques de la section Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2017. Une comédie dramatique portant sur un thème grave, saluée pour son mélange des tons, et son énergie. Co-scénariste pour Arnaud Desplechin, entre autres, Léa Mysius s'entoure ici de jeunes acteurs annoncés comme des révélations, et de Laure Calamy, donc, qui fut à l'affiche dans le même temps dans Embrasse-moi, Bonheur Académie, la série Dix pour cent, et la pièce Les Parisiens, au Festival d'Avignon 2017. Ava, ou un récit d'apprentissage et d'adolescence, perturbé par une menace qui guette...
    Affiche du film Ava
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Ava

    UTILISATEURS
    (2.5 pour 3 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 45min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Ava : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Nino - Une adolescence imaginaire de Nino Ferrer
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ma vraie vie à Rouen
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Grandes personnes (Les)
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Kiss &amp; Cry
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Corniche Kennedy
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Parc
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Ava

    Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l'océan quand elle apprend qu'elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’était pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

    Photos du film Ava

    Ajouter une photo du film Ava

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Ava
    Ava - bande-annonce
    Bande-annonce VF
    9820 Vues

    Listes avec le film Ava

    Ajouter une liste au film Ava
    Se confronter au cinéma d'auteur revient souvent à se plonger dans des films au style reconnaissable, à la mise en scène ambitieuse, et au scénario doté d'enjeux profonds. Dans ce champ, beaucoup...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Ava
    princecranoir
    Le 27/12/2017
    39 critiques
    Perdre la vue, c’est sans doute le cauchemar de tout cinéaste pour qui ce sens est, plus que tout autre, primordial. Dans une comédie pleine d’autodérision, Woody Allen s’en amusait follement, mais Léa Mysius, pour son entrée en long métrage, choisit une voie plus grave. Ce sera celle d’« Ava », héroïne indocile et ombrageuse qui, malgré sa cécité menaçante, n’a pas l’intention de nous faire verser une larme. Un fichu caractère cette Ava, sous ses airs de garçon manqué. Ava, c’est Noée Abita, une débutante de dix-sept ans qui en paraît treize comme l’exige le scénario écrit par Léa Mysius. « On a tout de suite su avec Judith Chalier, la directrice de casting, que c’était Ava. » se souvient-elle d’ailleurs. « Elle avait ce regard et ce visage si intenses et particuliers. » Epatante sans l’ombre d’un doute, Noée n’a pas froid aux yeux, prête à marcher sur la corniche les yeux bandés, à faire du char à voile, à se mettre à nue dans les rouleaux. Tandis que son corps change, que son désir affleure, qu’elle s’éveille à de nouveaux sens, un autre s’éteint. Sur la plage abandonnée, alors que, dans la torpeur insouciante d’une sieste digestive elle se laisse brûler par les feux de l’été, elle ne voit pas venir le péril sombre qui la guette, qui a flairé sa trace. Ava n’a pas vu venir le loup (l’amour rend aveugle, dit-on). Léa Mysius explique que son scénario est « né de cette vision d’un chien noir, famélique, étrange qui traverse une plage bondée, pleine de chair, de cris et de crème solaire. » Dans le paysage bruyant de cet entremêlement de corps, le chien Lupo la mènera vers un autre animal solitaire : un gitan ténébreux (forcément) qui lui tape immédiatement dans l’œil (tant qu’elle en a encore l’usage). Juan joue le rôle de Juan. Un brun, plutôt distant et méfiant, qui vit reculé du monde, replié dans son bunker avec sa Winchester. C’est un personnage un peu effacé au regard de la présence de Noée Abita qui, il est vrai, capte toute la lumière de l’été. Il faut dire que la demoiselle est exigeante. Ava, ça veut dire « je désire » écrit-elle dans son journal intime. Et en effet, Ava veut beaucoup de choses : pas encore aveugle, elle veut déjà un chien, elle voudrait aussi que sa petite sœur arrête de hurler dans sa « cage », et que les enfants qui jouent dans le jardin « se noient et qu’on n’en parle plus ». Bref, Ava, du haut de ses treize ans, n’est pas une fille facile à vivre, pas très aimable certes, mais peut-être parce qu’elle n’est pas très aimée. Il faut dire que la réalisatrice ne l’a pas dotée d’une parentèle heureuse : son père n’est qu’une vague allusion au détour d’un dialogue, quant à sa mère, interprétée avec une grande liberté par Laure Calamy, elle ressemble à une grande copine de vacances qui a bien l’intention de profiter de son été pour partir en quête d’un grand et beau mâle noir et musculeux. Pour rien au monde Ava ne voudrait ressembler à sa mère. Léa Mysius a fait d’Ava une fille renfermée, le contrepoint de sa mère qui, elle, est littéralement une femme offerte.
    On retiendra la lumière magnifique saisie sur pellicule par Paul Guilhaume un jeune chef opérateur plein d’avenir qui fait ici montre d’un talent certain pour éclairer une promenade nocturne sous les lampadaires jaunes, les ténèbres d’un blockhaus ou les abords d’un feu de camp comme si la fin du monde était proche. Il se fait le relai de la pensée de la jeune cinéaste qui cherche à bon compte et maladroitement à nous emmener sur le terrain politique. La police montée (émanation de l’autoritarisme grimpant que la réalisatrice cherche à confondre avec l’obscurantisme rampant) jette une ombre noire sur les désirs de liberté et les envies d’ailleurs des deux amoureux insoumis. "Ava" mérite néanmoins le coup d'œil, ne serait-ce que pour son interprète hors-pair.

    Site web:  https://letourdecran.wordpress.com/
    EcranClaire
    Le 16/01/2018
    26 critiques
    Crevons tout de suite l'abcès. Je n'ai pas été embarquée par le film.

    Le scénario sonne faux, tout semble artificiel. Pour résumer, c’est l’histoire d’Ava, une jeune fille de 13 ans qui va perdre la vue pendant les vacances d'été.

    Sa mère l'emmène à la plage pour qu'elles passent le meilleur été de leur vie.
    La mère se trouve un amoureux, laissant Ava seule avec sa sœur qui n'est qu'un nourrisson...(Spoiler : ce n'était pas une bonne idée.)

    Ava est romantique, tient un journal intime (on y apprend d'ailleurs que le prénom Ava veut dire « je désire »). Elle a envie de connaître l'amour, et il se trouve qu'elle est attirée par le fils du moniteur de char à voile, un garçon de son âge. Sur un coup de tête, elle vole un gros chien noir pendant ses vacances ; le chien appartient à un jeune gitan, Juan. Ava va tomber sous le charme de ce beau brun ténébreux. Juan est en galères, il est recherché par la police ... Pour rajouter une couche d'ennuis, ils braquent des nudistes ... Ava et Juan s'enfuient. La fin est ouverte : Ava et Juan sont contents d’être ensemble, et à nous d'imaginer la fin de leur cavale... Si je me permets de raconter autant l'histoire, c'est parce que l'intrigue est entièrement décrite sur Wikipédia, de manière encore plus détaillée.

    Maintenant passons à l'interprétation.

    Laure Calamy est une comédienne qui semble n'avoir peur de rien et là encore elle convainc, mais au final son personnage n'est que secondaire. Ici, elle joue une mère célibataire, copine avec sa fille au point de lui parler de sa première fois à 13 ans, "On a des nouveaux seins, des nouvelles fesses, on est toute fofolle !". Puis elle confie à sa fille qu'elle comprendrait qu'elle perde sa virginité à ce jeune âge - mais bon si elle pouvait attendre 17 ans, ce serait mieux.
    Une mère aimante, dévastée d'apprendre que sa femme va perdre la vue, mais aussi une femme aussi capable de dire à sa fille qu'elle est méchante et qu'elle du " venin dans les yeux..." L'actrice n'a pas peur de nous dévoiler son intimité façon "origine du monde"... D'ailleurs on voit beaucoup de monde à poil dans le film : des figurants interprétant des nudistes.

    Enfin, la jeune interprète d'Ava, se baigne nue, seuls ses yeux sont recouverts de tissus... Son prénom c'est Noée, son nom : Abita et j'espère qu'elle continuera sa carrière, car elle a quelque chose. Du charme.
    A part de se dénuder, la réalisatrice a demandé à sa jeune actrice de faire l'adolescente renfrognée et peu sûre d'elle-même. Noée Abita, 17 ou 18 ans à l'époque du tournage, arrive à représenter cette gêne et donc à nous faire croire qu'elle n'a que 13 ans.

    Il y a une petite réflexion sur le fait de perdre la vue, mais le scénario évacue finalement assez vite cet aspect pour se concentrer sur l'urgence de vivre sa vie et de découvrir l'amour.

    Ensuite la réalisation ... A part la scène du début (la rencontre avec le chien noir), le cauchemar d'Ava, surprenant et assez dérangeant, et la scène où Ava et Juan marchent sur une route ensoleillée, je n'ai pas apprécié grand chose. Ah si : le passage du mariage gitan n'est pas mal non plus...
    Néanmoins, dans l'ensemble, j'ai eu l’impression de voir un film superficiel, même s'il instaure une petite ambiance. La musique est sympathique en revanche. Je suis donc restée "extérieure" à cette chronique adolescente. Par contre, par une journée pluvieuse, vous apprécierez sans doute comme moi la séance de luminothérapie offerte par le film, avec les séances à la plage ou sur les routes ensoleillées... sur le blog je parle rapidement des bonus du DVD.



    Site web:  http://www.legenoudeclaire.com/2018/01/16/dvd-ava-de-lea-mysius/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites