Critiques du film: La Nuit a dévoré le monde
    La Nuit a dévoré le monde
    Ajouter une critique au film
    La Nuit a dévoré le monde
    keira3
    Le 14/10/2018
    63 critiques
    Ce film m'a attiré avant même de savoir son sujet grâce à son titre magnifique : La nuit a dévoré le monde. En effet, en une nuit, tous les habitants de Paris se retrouvent transformés en zombies. Sauf Sam. Celui-ci s'organise pour survivre. Le premier long-métrage de Dominique Rocher n'est jamais là où on l'attend. Privilégiant le réalisme et le minimalisme aux grosses productions américaines, il réalise un film peu bavard, très esthétique et intense, entre le film de zombies et le film de survie façon Robinson Crusoé. Il n'y a pas de fusillades à tout va, de scènes d'action musclées, mais un homme face à la solitude, face à la peur de l'autre, qui à chaque sortie hors de son appartement nous fait retenir notre souffle. C'est un film de genre mais plus encore un drame réaliste, qui interroge sur la société actuelle, la solitude et le repli sur soi. Si La nuit a dévoré le monde est en apparence discret, simple, il se révèle très efficace. Se déroulant en quasi-totalité dans un huis clos haussmannien, le film nous rappelle Dans la brume (de Daniel Roby) vu il y a peu, auquel Dominique Rocher a contribué (sur une idée de...). Et si durant l'heure et demie que dure le film Anders Danielsen Lie (acteur norvégien vu dans Oslo, 31 août ou encore Personal Shopper) est quasiment tout seul, on y croise aussi la belle Golshifteh Farahani et Denis Lavant. Redorant le blason du cinéma de genre français et du film de zombies, Dominique Rocher s'impose comme un réalisateur à suivre et La nuit a dévoré le monde comme un excellent film à découvrir, se classant dans le top des films d'horreur 2018.

    Site web:  http://mygardenstate.fr/index.php/2018/10/la-nuit-a-devore-le-monde/
    Nio_Lynes
    Le 15/10/2018
    282 critiques
    Les films de zombies dans notre chère patrie ne courent pas les rues, alors quand ça se passe directement dans Paris, autant en profiter pleinement ! Parmi tous les films français sortis cette année, La nuit a dévoré le monde sorti en mars très discrètement m'avait pourtant intrigué, fasciné et assez passionné. Tiré de la nouvelle de Pit Agarmen qui était écrite à la façon d'un journal de bord, le film rejoue brillamment l'histoire du voyageur isolé sur une île perdue (selon son réalisateur et son scénariste dans les entretiens en bonus du DVD).

    Pour ma part, et ça se rejoint, j'y retrouve le mythe du dernier survivant : Qu'arriverait-il en gros s'il ne restait plus qu'une ou une poignée de personnes dans un monde en ruines (apocalypse nucléaire, catastrophe zombie) ? Le genre au cinéma comme en littérature a d'ailleurs donné de beaux fleurons qui sont maintenant pour certains des classiques (Le monde, la chair et le diable, la saga des zombies de Romero notamment Zombie ou Le jour des morts-vivants, The Quiet Earth...), voire des chefs d'oeuvres (le premier tome de La survivante, Je suis une légende de Richard Matheson -- non, je vous arrête tout de suite, le film avec Will Smith n'existe pas, voilà).

    La suite sur le blog (cf lien en dessous) ;)

    Site web:  http://dvdtator.canalblog.com/archives/2018/10/15/36783980.html
    Delphine
    Le 15/10/2018
    72 critiques
    On suit alors Sam qui va véritablement devoir s’organiser pour survivre, rassembler des vivres tout en explorant les appartements voisins, se défendre devant ces morts-vivants motivés à le croquer. La Nuit a dévoré le monde est alors un film d’épouvante, de suspense, avec très peu de dialogues car vous l’aurez compris Sam est surtout tout seul. Belle performance du comédien Anders Danielsen Lie qui incarne Sam d’ailleurs.

    Le film est une parabole sur le rapport aux autres, l’isolement que l’on peut ressortir dans des villes pourtant bondées mais où finalement chaque habitant est assez anonyme et crée peu de liens avec ceux qui l’entourent et qui habitent pourtant à deux pas de chez lui.

    Site web:  https://www.cine-toile.com/2018/10/sortie-video-nuit-a-devore-monde-de-dominique-rocher-anders-danielsen-lie-golshifteh-farahani-denis-lavant/
    LordGalean
    Le 17/10/2018
    74 critiques

    Activité
    Statistiques
    Premium
    Rédiger un nouvel article ou une page

    La nuit a dévoré le monde
    http://fantasydo.over-blog.com/
    2018/10/la-nuit-a-devore-le-monde.html
    Télécharger des images
    Depuis l'ordinateurDepuis internet (URL)
    Aucune image sélectionnée

    Maximum 8 Mo
    Description (optionnelle)

    Dominique Rocher (II) avec son premier long-métrage poursuit ce qui avait été entrepris par le film de Yannick Dahan et Benjamin Rocher, "La Horde", mais aussi avec le film "Goal of The Dead" de son compère seul cette fois-ci, Benjamin Rocher (aucun lien fils unique, non enfin il a un frère producteur mais qui s'appelle Raphaël) à savoir mettre à l'honneur le film de zombie en France. Contrairement à "La Horde", et même si le film de Dominique Rocher reste un huis-clos, la partie "action" du film s'en tient à la portion congrue, et le réalisateur nous propose un drame existentialiste un peu plus contemplatif, plus cinéma indépendant type Sundance ou "les Revenants" pour rester dans la veine française, et qui pourrait rappeler le livre "Je suis une Légende" de l'écrivain , Richard Matheson (écrivain américain de la nouvelle qui donnera Duel de Steven Spielberg).

    Le scénario du film, lui-même adapté du roman éponyme français "la nuit a dévoré le monde" de Pit Agarmen (pseudonyme de l'écrivain français Martin Page) est écrit à six mains, Dominique Rocher, Jérémie Guez et Guillaume Lemans (qu'on ne présente plus en ces pages, notamment collaborateur privilégié de Fred Cavayé et Yann Gozlan et scénariste également de l'intriguant "Dans la brume"). Martin Page ayant donné à Dominique Rocher et à ses coscénaristes les pleins pouvoirs pour l'adaptation, ils s'éloignent donc du récit épistolaire, forme du roman pour adapter ce dernier à l'écran de manière cinégénique.

    Le film démarre donc sur l'histoire de Sam, qui se rend à la soirée de fête de son ex, et qui suite à une saoulerie en solo, se retrouve à dormir chez l'ex en question, prostré, dans la pièce où tout le monde dépose son manteau et ses effets personnels. A son réveil, l'appartement est complètement retourné, il y a du sang partout, et les rues de Paris en contrebas sont envahies de mort vivants.

    Il n'y a bien sûr, aucune explication logique à la présence des morts vivants, et il n'y en aura jamais de tout le métrage, sans doute peut-on en déduire une raison sociale d'éloignement et d'incommunicabilité des êtres vivants, comme l'avait plutôt bien illustré Edgar Wright dans son fascinant Shaun of the Dead. Mais c'est la seule hypothèse qu'on pourra en tirer.

    L'intérêt se situant ailleurs, dans la cartographie des déplacements de Sam à travers l'immeuble après qu'il en ait condamné les mauvaises portes (comprendre les appartements qui contiennent encore des zombies) et en avoir marqué la présence de croix à la craie. Mais aussi dans son quotidien, constitué de recherches de nourritures, et d'objets nécessaires à sa survie, mais aussi des rencontres qu'il pourra faire, bonne ou mauvaise. Sam finit d'ailleurs par trouver un zombie coincé dans une cage d'ascenseur qu'il parvient à enfermer complètement dedans, en bloquant la porte, et qui devient à la fois le confident et l'exutoire de sa folie et de sa peur de finir comme ceux dont il se défend.

    Sam trouve également une batterie, et en joue parfois pour s'exprimer, mais aussi pour quelque part défier les monstres en dessous de lui qui ne réagissent qu'aux sons et stimulis sonores. Cette relation à la musique est aussi paradoxalement ce qui marquera sa descente légère vers la folie. Sam commence à perdre la raison, mais les morts vivants eux, fluctuent entre deux états, végétatifs amorphes et en mode "horde", gesticulants et vociférants rappelant un peu le jeu vidéo "Left for dead". Il n'y a au contraire d'un Zombie, pas de métaphore trop sociale sur la zombification de la société, et les rares objets que se procure Sam, lui servent plus à agrémenter son quotidien qu'à punir les zombies.

    Certes, il trouve bien un fusil, des balles, et un fusil de paint-ball, mais il ne s'en sert qu'en dernier recours, et privilégie le fusil de paint-ball pour son exercice de tir quotidien sur les Zombies, qui est débarrassé de toutes velléités de vengeance ou de colère et devient donc une activité inoffensive, et parfois même amusante pour le spectateur. L'ennui ne prend jamais le pas sur la découverte, et on se surprend même une fois le générique de fin déroulé, à espérer un chapitre 2, narrant les tribulations de Sam sur les toits de Paris à la manière d'un Giono dans le Hussard sur le Toit, ou d'un Italo Calvino dans le Baron Perché, les zombies grouillant en dessous en plus.

    Au final un film dont la vision est plus que largement recommandée, surtout si vous aimez le cinéma contemplatif mais pas que, et pour le plaisir de voir Anders Danielsen Lie dans un rôle vraiment pas facile, lui qui explose dernièrement parait-il dans le nouveau Greengrass, même si personnellement, son élocution française m'a un peu dérangé ici. Et quant à l'apparition de Denis Lavant dans le rôle du zombie "domestique" Alfred, ce qui est amusant, c'est que sans savoir que Denis Lavant jouait dans le film, en découvrant Alfred, j'ai trouvé qu'il ressemblait un peu à ce comédien, et je m'imaginais ce que ça serait si c'était Denis Lavant, le tout donc sans savoir qu'il s'agissait bien de lui. Je me tais volontairement sur la participation au film de Golshifteh Farahani pour le plaisir du spectateur de sa découverte, dans un personnage assez proche d'un autre personnage du Zombie de Romero (1978).

    Tout est plus que réussi dans ce film, la musique, le cadrage, le montage, les jeux de lumières, le scénario bien sûr, et l'interprétation de tout le casting, zombies compris. En ce qui concerne le film, je me risquerais presque à traiter une interprétation personnelle car avec le fait de voir l'appartement, la fête, et ces plans de début impersonnels qu'on voit dans tous les films français de la nouvelle vague, et de la nouvelle nouvelle vague, j'irais presque jusqu'à dire que Dominique Rocher et ses scénaristes, pastichent le scénario du film français type et le font littéralement imploser de l'intérieur pour libérer l'imaginaire du film de genre dans Paris. Et même la présence de Denis Lavant enfermé dans sa cage d'escalier, et gesticulant et surjouant tendrait presque à valider cette hypothèse. Mais je resterais prudent en ne disant que ce n'est qu'une hypothèse, fort réjouissante il est vrai, mais une hypothèse uniquement.

    Quoiqu'il en soit, on est face à un film totalement réussi de bout en bout et dont on sent à chaque plan la passion pour son sujet. On trouve d'ailleurs dans les bonus du dvd, quelques featurettes trés intéressantes, quoique trop courtes, sur le chef maquilleur, le réalisateur, et le scénariste, interviewé par le journaliste Julien Dupuy. Et la bande originale est dispo également, ainsi que le premier court-métrage du réalisateur, "la vitesse du passé", terme aussi énigmatique qu'évocateur, avec un Alban Lenoir excellent comme toujours, et une Mélanie Thierry trés émouvante.

    Sorti en dvd le 15 octobre. Edité par Blaq Out. le site et la page Facebook de l'éditeur.

    Retrouvez ce film et bien d'autres dans les catégories un bon film de zombies
    et une idée de film d'horreur.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites