Oro : la Cité perdue

    J'aime:
    - Avec Oro : la Cité perdue, le réalisateur espagnol Augustin Diaz Yanes (Capitaine Alatriste) plonge des Conquistadors dans la jungle amazonienne impitoyable, au XVIe siècle, et signe pour certains l'un des meilleurs films d'aventure de 2018. Annoncé comme dramatique, fort, et rempli de scènes palpitantes qui tentent de marcher sur les pas d'Aguirre, la Colère de Dieu (classique du genre, et film éprouvant), ce blockbuster venu d'Espagne compte à son casting Raul Arévalo (La Isla Minima, L'Avertissement, Un coup de maître), Oscar Jaenada (Che, Instinct de survie, Escobar), Jose Coronado (L'Homme aux mille visages) ou Barbara Lennie (Everybody knows, La Nina de fuego, Notre enfant, L'Accusé).
    Affiche du film Oro : la Cité perdue
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VO

    Oro : la Cité perdue

    UTILISATEURS
    (3 pour 9 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 43min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Oro : la Cité perdue : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Notre enfant
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Piel que habito
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Venganza
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Capitaine Alatriste
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film La Isla mínima
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Les Amants passagers
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Oro : la Cité perdue

    1538, au cœur de l’Amazonie sauvage, un groupe de conquistadors espagnols part à la recherche d’une mythique cité d’or : Teziutlan. Aveuglés par leur quête et leur soif de richesse, ils plongent au plus profond de l’enfer vert, jusqu’à en perdre la raison…

    Photos du film Oro : la Cité perdue

    Ajouter une photo du film Oro : la Cité perdue

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Oro : la Cité perdue
    2972 Vues

    Listes avec le film Oro : la Cité perdue

    Ajouter une liste au film Oro : la Cité perdue

    Juin 2018 marque le début d'une nouvelle opération DVDtrafic. Une édition pleine de titres surprenants qui donne à découvrir des films...

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Oro : la Cité perdue
    Shangols
    Le 29/07/2018
    17 critiques
    On raconte qu'il y a fort longtemps, un groupe d'hommes partit au fin fond de l'Amazonie pour y trouver un pays tapissé d'or, et qué sé appelorio Quezac. Bon. Yanes veut faire son film de conquistadores en costumes à lui, pas question de laisser ça à Herzog ou à Mel Gibson, et le voilà qui nous pond, avec la conviction de l'un et le budget chaussures de rando de l'autre, sa fresque pleine d'empalements à l'épée, de serpents venimeux et d'Indiens peu amènes. Ça donne Oro, piètre film d'aventures qui sent l'amteurisme à chaque plan. Sous les ordres du méchant capitaine autoritaire, ces mecs peu scrupuleux sur l'hygiène mais ardus à la survie traversent donc ladite forêt, et rencontrent moult dangers qui en déciment la moitié à chaque scène. Et vas-y que je tombe sur une tribu d'Indiens sodomites ET cannibales (dans quel ordre ?), et vas-y que je te fomente des trahisons internes pour pouvoir me taper la brune de service, et vas-y que je me ramasse une flèche de sarbacane dans l'oeil, et vas-y que ma mutinerie me condamne au garrot, et vas-y que je suis poursuivi par des concurrents, bref, la jungle c'est pas de tout repos pour nos fiers soldats du roy. Heureusement pour eux, le film semble leur avoir épargné pas mal de souci, puisque le tournage a dû se dérouler dans un bosquet de la forêt de Tronçay, si on en croit en tout cas l'impression de petitesse qui s'en dégage, et les 200 faux-raccords qui emmènent nos gars toujours aux mêmes endroits. Incroyable comme cette jungle peut être peuplée, qu'on se dit au final, à chaque coin de clairière on trouve des Indiens, des conquistadores, des villages abandonnés et des animaux sauvages. C'est bien le souci : tout est tellement artificiel dans ce film, tout fait tellement toc, qu'on n'arrive pas à imaginer une seule seconde le danger : la forêt semble construite sur un plancher de théâtre, la lumière est bien trop rasante et jolie pour être crédible, les événements arrivent en rafales, et aucun personnage n'a le temps de développer une quelconque biographie avant d'être écartelé, garrotté, sodomisé, ou dévoré par la faune locale.
    C'est pas faute de s'appliquer pourtant. On sent Yanes plein d'ambition, fabriquant un film d'un sérieux papal sur ce sujet un peu surfait, y mettant sagement tout ce que ses confrères ont mis dans le leur avec succès, envoyant paître l'inutile (la direction d'acteurs) pour se consacrer à l'essentiel (la couleur du sang), insufflant quand il le faut les scènes nobles d'usage (un chant espagnol pour lutter contre ces brutoss de sauvages, grand moment de dignité au bord du ridicule), et creusant même une vague philosophie métaphysique sur la fin (c'est une adaptation d'un bouquin de Perez-Reverte, il faut bien quand même lui laisser la parole de temps en temps) : la soif de l'or, mon gamin, c'est pas bien, et ça ne conduit bien souvent qu'à l'impasse. Mais rien n'y fait : tout est raté dans ce péplum en carton-pâte sans regard, sans imagination, sans relief, sans personnage.

    Site web:  http://shangols.canalblog.com/
    LaKinopitheque
    Le 04/08/2018
    63 critiques
    Une carte dressée par leurs prédécesseurs entre les mains, un groupe de conquistadors aux ordres de Charles Quint s’engouffrent dans la forêt amazonienne à la recherche d’une cité entièrement faite d’or. La troupe, qui se compose de soldats avides, d’un religieux fanatique, d’un scribe du roi, de la femme d’un capitaine désirée par tous ainsi que de sa servante, avance péniblement dans une végétation dense et un environnement hostile. Mais, deux mois durant, outre les serpents aux morsures mortelles, les caïmans ou même les attaques des indigènes qui défendent leur territoire, les Espagnols doivent surtout se protéger d’eux-mêmes.

    L’idée même d’une cité d’or augmente déraisonnablement la convoitise de ces soudards. D’ailleurs tout a été calculé avant qu’ils ne sachent quoi trouver au terme de leur aventure. Chacun est censé obtenir sa part, l’empereur aura le cinquième du total. Mais bien sûr, à chaque mort, toutes les parts sont susceptibles d’augmenter... Alors les richesses promises montent à la tête au point que, au plus près du lieu à atteindre, les rapières percent à tout va. L’or n’est pourtant pas le seul point de discorde. La jeune épouse du capitaine (Bárbara Lennie) attire aussi les regards, notamment de deux guerriers qui n’auront de cesse de se provoquer, Martin Dávila (Raúl Arévalo) et l’imposant Alférez Gorriamendi (Óscar Jaenada). En dehors de l’or et de la dame, d’autres tensions préexistent. En effet, durant toute leur traversée de l’Amazonie, il se crée au sein du groupe d’explorateurs des sympathies par région d’origine (d’Aragon, d’Andalousie, d’Estrémadure...). Ces regroupements sont sources de médisances et de disputes. A cause de cela, certains sont choisis pour exécuter des tâches dangereuses, d’autres abandonnés ou assassinés... On se dit que là le récit prend des allures de parabole. Agustín Díaz Yanes écrit son scénario d'après un texte inédit d'Arturo Pérez-Reverte (romancier qu’il avait déjà adapté pour Alatriste en 2008). Mais le réalisateur ne glisse-t-il pas aussi quelque chose sur l’état de son pays aujourd’hui (plans d’austérité, détournement de fonds et crise du gouvernement Rajoy, crise catalane...) ? Avidité, rupture et folie.

    Site web:  http://www.kinopitheque.net/oro-la-cite-perdue/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites